Les relations entre la profession médicale et l’industrie pharmaceutique sont souvent très visibles, grâce à l’attention soutenue des médias médicaux et scientifiques. En dépit de la critique, de telles relations sont presque universelles parmi les médecins américains, selon une vaste enquête. Sur 1662 répondants, 94% ont rapporté des associations avec l’industrie pharmaceutique, généralement liées à des échantillons d’aliments, de boissons ou de drogues gratuits. Certains avaient également reçu des frais pour assister à des réunions (35%) ou des paiements pour consulter, donner des conférences ou inscrire des patients à des essais (28%) la santé des hommes. Les cardiologues étaient significativement plus susceptibles que d’autres spécialistes hospitaliers ou médecins de soins primaires de recevoir des paiements pour des services professionnels, peut-être parce que les compagnies pharmaceutiques ciblent les médecins dont les habitudes de prescription sont susceptibles d’influencer les autres, disent les chercheurs.Lorsqu’on leur a demandé à quelle fréquence ils rencontraient des représentants de compagnies pharmaceutiques, les médecins de première ligne rapportaient 16 réunions par mois, les internistes 10, les cardiologues neuf et les anesthésistes deux. Il y a sept ans, la moyenne était d’environ quatre. Cette enquête a eu un taux de réponse de seulement 52% (1662/3167), et ceux qui ont répondu ont probablement sous-estimé l’étendue de leurs liens avec l’industrie, disent les chercheurs. Nombre de patients britanniques en attente d’une transplantation atteint un record record