Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord (UNC) à Chapel Hill a provoqué des ondes de choc à travers le monde, estimant que plus de 260 000 personnes mourront prématurément d’ici 2100 à cause de la pollution de l’air. Les alarmistes «catastrophiques du réchauffement climatique» font l’amour de ce genre d’études, bien sûr, parce qu’ils renforcent leurs prédictions apocalyptiques. Cependant, même si les résultats alarmants de ces chercheurs sont fiables à 100% (et il y a suffisamment de preuves contradictoires pour que cela soit hautement improbable), même un quart de million de personnes serait une goutte dans l’océan par rapport au nombre de personnes Big Pharma va probablement tuer d’ici 2100 http://suhagra4ed.com. Plus sur cela plus tard.

Les chercheurs de l’UNC ont tiré leurs conclusions alarmantes après avoir analysé les données des principaux groupes de modélisation du changement climatique dans le monde. Eh bien, cela met déjà leurs résultats sur un terrain instable, n’est-ce pas? (Relatif: Les REAL FAKE NEWS exposés: « 97% des scientifiques sont d’accord sur le changement climatique » est un canular machiné … Voici ce que les médias ne vous ont jamais dit.)

Selon le Daily Mail, les chercheurs croient que les températures plus élevées provoqueront une augmentation de la vitesse des réactions chimiques qui causent des polluants atmosphériques, et que les zones devenant de plus en plus sèches, il y aura moins de pluie pour éliminer ces polluants. Ces températures plus élevées provoqueront également des arbres à émettre plus de polluants organiques.

L’étude prédit que cette combinaison toxique se traduira par le smog meurtrier qui va tuer 260 000 personnes à travers le monde (à l’exception de l’Afrique) d’ici à 2100.

Le mail rapporte:

L’augmentation de la pollution atmosphérique toxique ajoute à d’autres risques de décès dus au changement climatique, notamment le stress thermique, le manque d’eau et de nourriture, les tempêtes violentes et la propagation de maladies infectieuses.

L’étude a été publiée dans la revue Nature, Climate Change.

Bien sûr, les médias dominants ont rapidement fait le tour de cette histoire, faisant vibrer les lecteurs avec des gros titres comme «Le réchauffement climatique causera 260 000 décès prématurés de la pollution de l’air d’ici 2100», révèle une étude choquante. il est vrai que la pollution provoque de nombreux décès dans le monde chaque année, il y a un nombre beaucoup plus alarmant que les médias traditionnels n’ont fait aucune tentative de divulguer: Le nombre de décès imputables à Big Pharma et ses produits chimiques toxiques.

Le site Web PharmaDeathClock.com a fait la lumière sur ce nombre inquiétant depuis un certain temps maintenant. Il met constamment à jour le nombre réel de victimes tuées par Big Pharma aux États-Unis et dans le monde entier depuis le 1er janvier 2000. Certains des chiffres inclus sont des décès qui ne sont pas directement attribuables aux compagnies pharmaceutiques, y compris des erreurs médicales, des erreurs hospitalières et la malnutrition hospitalière.

Néanmoins, si nous incluons seulement les chiffres des décès qui peuvent directement être imputés à Big Pharma, 21.483.350 (au moment d’écrire ces lignes) sont mortes depuis 2000, soit une moyenne époustouflante de 1.227.620 par an. 17,5 ans.

Les chiffres inclus étaient pour les décès résultant de: Chimiothérapie; Effets indésirables du médicament; ISRS; médicaments d’ordonnance; médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens; les opioïdes; les benzodiazépines; surdosages antidépresseurs; médicaments anti-épileptiques et anti-parkinsoniens; médicaments systémiques et hématologiques; médicaments antipsychotiques et neuroleptiques; les décès liés à l’acétaminophène; les médicaments respiratoires; médicaments cardiovasculaires; les barbituriques; médicaments du système nerveux autonome; anesthésiques et gaz thérapeutiques; les hormones, les insulines et les glucocorticoïdes; anti-infectieux; diurétiques et autres médicaments, médicaments et substances biologiques; et les médicaments topiques.

Sur la base de la moyenne susmentionnée, d’ici à l’an 2100, 122.762.000 personnes auront été tuées par Big Pharma – un nombre qui est plus de 45.000 pour cent supérieur au nombre de personnes qui devraient mourir du soi-disant réchauffement climatique.

Cela soulève la question: pourquoi les médias sont-ils silencieux? Qui parlera au nom des millions de personnes qui sont mortes et continuera à mourir aux mains des géants pharmaceutiques cupides?