Plusieurs études ont suggéré que la progression de l’infection par le virus de l’hépatite C est plus sévère chez les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine VIH Deux études nationales rétrospectives de cohortes multicentriques ont été réalisées en France. évalué: nombre total de décès; nombre de décès liés au sida, à la cirrhose ou au carcinome hépatocellulaire HCC; et le nombre de décès liés à d’autres causes non liées au VHC En, les causes de décès étaient les suivantes: SIDA,%; cirrhose ou HCC,%; et d’autres causes non liées au VHC,% In, les causes de décès étaient les suivantes: SIDA,%; cirrhose ou HCC%; et d’autres causes non liées au VHC,% Les résultats comparatifs entre les enquêtes et les enquêtes ont montré une diminution spectaculaire des taux de mortalité liés au SIDA% vs%; P & lt; mais pas dans les taux de mortalité liés au VHC% vs%; P = En France, malgré la forte prévalence de l’infection par le VHC chez les patients séropositifs au VIH, le taux de mortalité et de cirrhose lié au VHC était faible

La prévalence globale de l’infection au VHC par le virus de l’hépatite C chez les patients infectés par le VIH est de ~% Cependant, elle varie énormément selon la catégorie d’exposition Elle est particulièrement élevée chez les hémophiles et les toxicomanes, dont% – ont l’hépatite C [ En corrélation avec l’immunosuppression, l’hépatite C chronique a été signalée comme étant plus sévère chez les patients infectés par le VIH, ce qui entraîne des taux plus élevés de virémie VHC, des lésions hépatiques plus étendues et une progression plus rapide vers la cirrhose Les traitements antirétroviraux hautement actifs ont considérablement amélioré les taux de survie chez les patients infectés par le VIH , mais peu d’informations sont disponibles sur le pronostic de la co-infection par le VHC. étude, nous rapportons des enquêtes qui ont été menées par notre groupe d’étude VHC qui évaluent les taux de mortalité associés à la cirrhose liée au VHC ou le carcinome hépatocellulaire H CC dans les grandes cohortes françaises de patients infectés par le VIH

Patients et méthodes

Patients et conception Deux enquêtes rétrospectives multicentriques ont été menées dans et dans les départements français de médecine interne et de maladies infectieuses où sont traités les patients infectés par le VIH. Pour chaque enquête, un questionnaire a été rempli dans chaque département après la fin et la fin de chaque enquête. année de l’étude la taille du groupe touché nombre de patients infectés par le VIH qui étaient régulièrement vus, à savoir, au moins tous les mois et le nombre de décès attribués à des causes spécifiques tableau

Tableau View largeDownload slideInformations recherchées sur les questionnaires remplis à la fin et par les départements de médecine interne et de maladies infectieuses en FranceTable View largeDownload slideInformations recherchées sur les questionnaires complétés à la fin et par les départements de médecine interne et de maladies infectieuses en FranceEn outre, un deuxième questionnaire le chiffre a été complété pour chaque patient décédé d’une cirrhose ou d’un CHC au cours de la même période, en indiquant le sexe; dates de naissance et de décès; mode de transmission du VIH; critères pour le diagnostic de cirrhose ou de CHC considérés comme «définis» s’ils sont documentés de manière histopathologique ou «probable» s’ils sont documentés cliniquement, biologiquement ou avec imagerie; résultats d’analyse positifs pour l’anticorps anti-VHC du VHC révélé par ELISA, virus de l’hépatite B HBV; L’antigène HbS révélé et le virus de l’hépatite delta HDV; Anticorps HDV révélé par ELISA; degré d’éthylisme; l’utilisation concomitante de médicaments hépatotoxiques; Nombre de cellules CD; Stade CDC de l’infection par le VIH au décès; et traitement antérieur avec IFN-α

Figure View largeTéléchargement de diapositivesQuestionnaires complétés par les départements de médecine interne et de maladies infectieuses concernant les patients infectés par le VIH et décédés de cirrhose ou de carcinome hépatocellulaireFigure View largeTéléchargementsTarifsRemplies par les départements de médecine interne et de maladies infectieuses concernant les patients infectés par le VIH décédés d’une cirrhose ou d’un carcinome hépatocellulaire Le nombre total de patients co-infectés par le VHC n’était connu que pour l’enquête. Dans la cohorte, presque tous les patients ont été testés pour l’anticorps anti-VHC à l’utilisation. d’ELISA Analyse statistique Les taux de mortalité dans les enquêtes ont été comparés avec l’utilisation du test%% Epi Info version b; INSERM, France

Résultats

Population étudiée Pour chaque enquête, des questionnaires ont été envoyés aux départements français de médecine interne ou infectiologie Un total de départements a répondu à l’enquête et répondu aux taux de participation interrogés de% et%, respectivement Au cours des années et, ces départements ont suivi, et, Les patients infectés par le VIH, respectivement dans la cohorte des patients infectés par le VIH, ont été suivis de la cohorte modes de contamination du VIH dans les cohortes et cohortes, respectivement: transmission homosexuelle% et%, injection de drogues% et%, transmission hétérosexuelle % et%, transfusions de sang ou de facteur de coagulation% et%, et autres ou inconnues% et% Taux de mortalité: enquête Dans l’enquête, parmi les patients infectés par le VIH, les décès sont survenus taux de mortalité,% incluant% causé par le SIDA,% causé par une cirrhose définie, probable, ou HCC, et% d’autres tables de causes

Tableau View largeDownload slideRésultats de questionnaires envoyés aux départements français de médecine interne ou infectieuseTable View largeTéléchargement de diapositivesRésultats de questionnaires envoyés aux départements français de médecine interne ou maladies infectieusesParmi les décès causés par la cirrhose ou le tableau HCC, ont été associés au VHC et cirrhose plus HCC en cas ; avec le VHC, le VHB et la cirrhose; avec le VHC, le VHB, le HDV, la cirrhose et l’alcoolisme; avec le VHB et la cirrhose; et avec la cirrhose purement alcoolique VHC sans infections de VHB ou de HDV a été impliqué dans les% de décès, exclusivement ainsi dans les cas et en plus de l’alcoolisme dans les cas La consommation d’alcool était haute & gt; g / d par les patients, modérée – g / d par patient, et faible & lt; g / d par les patients Les principales caractéristiques de ces patients sont énumérées dans le tableau. Il y avait des hommes et des femmes, parmi lesquels l’âge moyen était de plusieurs années; Les contaminations par le VIH ont été causées par des cas de toxicomanie, de transfusion, d’activité hétérosexuelle, d’activité homosexuelle et de causes inconnues. Quatre de ces patients présentaient un stade de SIDA C complet, un stade symptomatique B et un stade asymptomatique A; Centres de contrôle et de prévention des maladies [CDC], mise en scène Le nombre moyen de lymphocytes CD au décès était de cellules / mm, – cellules / mm Quatre patients avaient été traités par IFN-α

Table View largeTélécharger les données de l’enquête concernant les décès causés par la cirrhose chez les patients infectés par le VIHTable View largeTélécharger les données de l’enquête concernant les décès causés par la cirrhose chez les patients infectés par le VIHTaux de mortalité: enquête Dans l’enquête, parmi les patients infectés par le VIH , dont% ont été co-infectés par le VHC, est mort le taux de mortalité de% Ces décès ont inclus% dus au SIDA,% dus à la cirrhose ou au HCC, et% dus à d’autres causes. probable, tableau, ont été causés par le VHC et la cirrhose plus HCC dans le cas; à cause du VHC, du VHB et de la cirrhose avec CHC et avec alcoolisme; à cause du VHC, du VHB, du VHD et de la cirrhose avec alcoolisme; en raison de HBV et de la cirrhose avec HCC; et en raison de la cirrhose alcoolique infection par le VHC sans infections à VHB ou VHD était impliqué dans les décès%, exclusivement dans les cas et avec alcoolisme dans les cas La consommation d’alcool était élevée par les patients, modérée par les patients et légère par patient listé dans le tableau

Tableau Vue largeTélécharger les données de l’enquête qui concerne les décès causés par la cirrhose chez les patients infectés par le VIHTable View largeTélécharger les données de l’enquête concernant les décès causés par la cirrhose chez les patients infectés par le VIHIl y avait des hommes et des femmes dont l’âge moyen était de , – années La contamination par le VIH était due à des cas de toxicomanie, de transfusion ou d’activité hétérosexuelle Sept patients avaient un stade de SIDA C complet, un stade symptomatique B et un stade asymptomatique A; Stadification des CDC La numération moyenne des lymphocytes CD au décès était de cellules / mm, – cellules / mm Vingt-neuf des patients décédés ont reçu n = ou n = médicaments anti-VIH, alors que les patients n’étaient pas traités pour leur infection VIH Trois patients ont été traités par IFN-α Comparaison des enquêtes et des enquêtes La seule différence significative entre les données et la table était la diminution spectaculaire des décès liés au SIDA, de% à% P & lt; Ceci explique la diminution parallèle du taux de mortalité global de% à% P & lt; L’incidence des décès dus à la cirrhose ou au CHC, toutes causes confondues confondues, était presque identique% vs% [P =] Les incidences de décès à cause du VHC, indépendamment de la consommation d’alcool et sans co-infection HBV-HDV, n’étaient pas différentes entre ces cohortes % vs% [P =]

Vue de la table largeTélécharger la diapositiveComparaison des données de la et surveysTable Agrandir la photoTélécharger la diapositiveComparaison des données des enquêtes et

Discussion

D’abord, la plupart des études ont eu un petit nombre de sujets , et deuxièmement, ils ont inclus seulement les patients des groupes à risque spécifiques. Chez les patients hémophiles infectés par le VIH, le risque émergent de décès par maladie hépatique et cancer du foie a Dans une étude menée en France, Libbrecht et ses collaborateurs ont noté des décès causés par une cirrhose liée au VHC chez des patients infectés par le VIH qui ont été suivis pendant des années; Dans l’autre étude, en Espagne, Soriano et al ont rapporté des hospitalisations de patients suite à des complications d’une maladie du foie, parmi des drogues injectables infectées par le VIH et hospitalisées. abuseurs, pendant une période de VHC seule ou en association avec des co-infections par le VHB-HDV était présent en% de ces patients. La maladie hépatique était responsable de décès, ce qui correspondait à% du taux total de mortalité hospitalière. En dépit des limites inhérentes à leur conception rétrospective, les biais causés par des groupes de sujets de taille insuffisante ou des services hautement spécialisés tels que l’hépatologie ou l’hématologie ont été évités. Dans ~% de tous les patients infectés par le VIH dans les services hospitaliers en France ont été suivis en médecine interne et Dans notre enquête, la prévalence globale de l’infection par le VHC chez les patients infectés par le VIH était de%. Malgré cette forte prévalence, nos résultats indiquent que parmi les patients infectés par le VIH suivis dans les services de médecine interne et de maladies infectieuses, HCV- L’enquête a confirmé à plus grande échelle les résultats initiaux de l’enquête. On pourrait soutenir que les décès de patients infectés par le VIH dus à la cirrhose ou au carcinome hépatocellulaire sont plus fréquents dans des départements tels que l’hépatologie [- Comme un tel événement est habituellement signalé au médecin qui a suivi le patient dans le département de médecine interne ou de maladies infectieuses, une sous-estimation significative de ces décès dans notre enquête reste improbable. La conception rétrospective de notre étude n’a pas permis de déterminer si le VHC réduit la durée de vie et de combien seulement d’autres études prospectives de grande envergure répondront à ces questions. Les innovations ont été un tournant dans l’allongement de la durée de vie des patients infectés par le VIH La comparaison de nos études et de nos enquêtes a confirmé la baisse spectaculaire des taux de mortalité liés au SIDA. Les effets potentiels de la multithérapie antirétrovirale sur les infections à VHC ne sont pas bien connus L’espoir de ralentir le cours des infections à VHC par la restauration du système immunitaire n’a pas été réalisé; La HAART ne diminue pas le taux de virémie VHC Une cirrhose du VHC évoluant rapidement chez les patients sous HAART a été décrite Prolonger la vie des patients infectés par le VIH peut modifier l’effet de l’hépatite C sur la mortalité et la morbidité, Les données ne confirment donc pas cette théorie, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, puisque la prévalence globale de l’infection par le VHC n’a pas été évaluée dans l’enquête, la comparaison entre les enquêtes est quelque peu limitée. Deuxièmement, la proportion de patients HAART n’a pas été évalué dans l’enquête Troisièmement, l’introduction du HAART en pratique clinique était probablement trop récente pour avoir influencé significativement l’histoire naturelle de l’infection par le VHC chez les patients infectés par le VIH Ceci souligne la nécessité de mener des études prospectives axées sur la morbidité , taux de mortalité et traitement de l’hépatite C chronique chez les patients infectés par le VIHTreatment avec IFN-α pour l’hépatite C chronique chez les HI Les patients infectés par le V ont eu un succès modéré Une étude épidémiologique nationale française de patients infectés par le VHC, dont le pourcentage était infecté par le VIH, a révélé que la proportion de patients co-infectés par le IFN-α n’excédait pas Le nombre total de patients infectés par le VIH qui avaient été traités pour une hépatite C chronique n’a pas été précisé. Cependant, parmi les patients décédés d’une cirrhose liée au VHC, l’enquête et l’enquête avaient été traitées avec de l’IFN-α. un petit nombre peut avoir été dû à la sévérité de la maladie hépatique au moment du diagnostic, ce qui contre-indique l’utilisation de l’IFN-α. Il peut également refléter la difficulté des médecins à évaluer le risque de décès lié à l’infection par le VIH. Difficulté subséquente à déterminer la hiérarchie des traitements Des recherches devraient être menées dans un proche avenir pour identifier des sous-groupes de patients co-infectés par le VIH / VHC et pour évaluer les avantages de l’IFN combiné. / Ribavirine thérapie dans certains de ces groupes

Conclusion

Nos enquêtes multicentriques rétrospectives, menées dans les départements de médecine interne et infectieuse en France au cours et en incluant, et, tableau des patients infectés par le VIH, respectivement, ont révélé que le taux de mortalité annuel en raison de la cirrhose ou du carcinome hépatocellulaire est très faible En comparaison avec la baisse spectaculaire des taux de mortalité annuels liés au SIDA de% en à%, suite à l’introduction de HAART depuis, le taux de mortalité lié au VHC n’a pas été modifié. Cependant, l’infection chronique par le VHC pourrait devenir plus prévalence chez les patients infectés par le VIH à mesure que leur durée de vie augmente Les études prospectives axées sur la morbidité, les taux de mortalité et le traitement de l’hépatite C chronique chez les patients infectés par le VIH sont donc nécessaires

Groupe d’étude Germivic

France: B Pautard-Huchemblé et JL Schmit Amiens; M Bonnefoy Angoulême; J P Bru et J Gaillat Annecy; L Lerousseau Antibes; D Dubois Arras; A Blanchardière et G Lepeu Avignon; J P Faller Belfort; P Balvay, F. Barale, J.-M. Estavoyer et D Vuitton Besançon; M Bentata, P Cohen, L Guillevin, B Jarrousse et B Padrazzi Bobigny; J Beylot, N Bernard, J Constans, I Loury, F Moreau, P Morlat, JM Ragnaud, et J F Viaud Bordeaux; D Lacoste, A Baglin, M Dorra, C Dupont, T Hanslik et E Rouveix Boulogne Billancourt; P Granier Bourg en Bresse; Un Cénac Brest; C Bazin et P Hazera Caen; J Schmidt Cebazat; O Rogeaux Chambéry; C Menalba Charleville; R Fior et P Galanaud Clamart; JJ Pik Clermont de l’Oise; H Laurichesse et M Ruivard Clermont-Ferrand; G Laplatte, B Audoy, ​​N Plaisance, C Bouterra et G Laylotte Colmar; E Delarocque et P Vinceneux Colombes; P Lesprit et A Schaeffer Créteil; M Grappin, M C Loudes-Chauvin, H Portier et M Vinceneux Dijon; J Guillaumie Dolle; P Dournovo Eaubonne; F Banisadr Garches; O Bouchard, M Micoud et P Morand Grenoble; J Boucher, P Chambourlier et C Renou Hyères; C Arvin-Berod et P Poubeau La Réunion; P Perre La Roche sur Yon; E Hachulla, B Devulder, et P Y Hatron Lille; V Loustaud-Ratti Limoges; J D Berthou et D Baborier Lons le Saunier; E Constant et E Dufay Lunéville; D Peyramond Lyon; F Trémolières Mantes la Jolie; S Chapadaud, H Gallais, J Perret, A Bourgeade, J Durand, J Moreau, et J Soubeyrand Marseille; P Meissonnier Mende; R Hayek Menton; A Wang et J J Raabe Metz; J Astruc, F Blanc, P Perney et A Vandôme Montpellier; C Loyau, F Raffi et D Villers Nantes; C Burty, P Canton, J D de Korwin, G Thibaut et D Wahl Nancy; P Dellamonica, C Pradier, J P Cassuto et S Benzaken Nice; C Raffanel Nimes; Z Amoura, H Aumaitre, JF Bergmann, F Bissuel, A Boissonnas, E Bouvet, F Bricaire, J Cabane, A Cabié, R Caquet, C Carbone, C Caulin, K Chemlal, JP Coulaud, T de Beaumont, F Devars du Mayne , C Dupont, B Durand, D Farge, P Galanaud, C Gaudebout, J Gilquin, P Godeau, C Goujard, P Hausfater, C Katlama, M Karmochkine, F Krainik, P Le Bras, V Le Moing, C Leport, F Lunel -Fabiani, J Modaï, JM Molina, JC Piette, Y Poinsignon, W Rozenbaum, D Sicard, J Simon, F Vachon, AJ Valleron et JL Vildé Paris; P Arsac, G Calamy et C Mille Orléans; P Mercie et JL Pellegrin Pessac; B Becq-Giraudon, J P Breux Poitiers; F Cartier Rennes; I Beguinot et G Rémy Reims; I Gueit, F Borsa-Lebas et G Humbert Rouen; J Wemeau Roubaix; C Hascouet et B Le Cam St Brieux; M A Khuong, D Mechali, et X Roblin St Denis; C Defontaine et F. Lucht St Etienne; S Fégueux St Germain en Laye; D Ouzan St Laurent du Var; B Kitschke Sete; C Clément-Bertoldo et G Gonzales Sens; M Imler, A Ruellan, P Fischer et JM Lang Strasbourg; D Zucman et O Blétry Suresnes; P Romand Thonon les Bains; L Alric, L Cuzin et M Duffaut Toulouse; F Ajana et Y Mouton Tourcoing; J C Borderon, P. Choutet et Y Guimard Tours; O Patey Villeneuve St Georges

Remerciements

Nous remercions Christine Angenard Hôpital La Pitié-Salpêtrière, Paris et Karine Sliwak Hôpital de Compiègne, Compiègne, France pour le secrétariat des enquêtes et Dr Véronique Bouvier INSERM CJF -, Chu de Caen, France pour l’analyse statistique